EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 1591-01
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Scénographie Requiem(s) King Lear - Mazen Chamseddine Architecte
Exclusivité de v2com

Scénographie Requiem(s) King Lear

Montréal, Canada

Mazen Chamseddine Architecte



Montréal, Canada, 12-01-2015 -


Du 13 au 17 janvier, Espace Libre présente

Requiem (s) King Lear Hygiène sociale Désobéissance civile Charte des raisons communes Vodka pour tous

De Hanna Abd El Nour


Scénographie | Architecture éphémère 

Conception et réalisation : Mazen Chamseddine, architecte.


Dans une ancienne caserne convertie en salle de théâtre, ce projet vise à mettre en espace l’œuvre de Shakespeare «Le Roi Lear», avec une écriture contemporaine, afin de créer un espace de jeu pour les comédiens mais aussi à recevoir les spectateurs. Il s'agit ici de créer une installation à l'image de la ville, un théâtre à 360 degrés. 


Cette scénographie immersive, cette architecture éphémère s’inspire du Roi Lear et de son destin, qui se trouve du jour au lendemain dépourvu de son pouvoir, sans abri et sans statut, un «No body» qui vit dans un «no where», attaché à rien, à «no thing»... Elle s’inspire aussi du travail des comédiens, influence leur jeu. Elle devient un «espace temps» à habiter. L’un animera l’autre, l’un nourrira l’autre. 


Trois mondes se côtoient dans cette scénographie créée in situ, trois éléments définissent l’espace : une immense structure de bois, des piles de journaux et un bloc de béton. Ces trois éléments entrent en conflits avec la lumière et la musique, et créent l'agora politique accueillant ainsi les idées des comédiens et des citoyens. 

 

Dans cette impressionnante salle de théâtre, les murs du béton bruts sont laissés à nu, et feront partie de la mise en espace, du paysage scénographique. La structure de bois divise la salle en diagonale s'opposant à la brutalité et la froideur de ces murs, offrant une transparence, une malléabilité. Elle s'impose comme un objet étrange, une œuvre d'art, une ouverture voire un passage vers un monde imaginaire.

 

La structure de bois devient un contenu et un contenant à la fois, c’est une passerelle dans un grand rectangle vide qui est la salle de théâtre ! 

Suspendue dans les airs, cette installation représente le «no where» ou le non-lieu, un espace inconfortable pour y habiter (inhabitable) et instable pour traverser... deux sculptures-miroirs séparés par un vide, un «trou noir» qui devient le centre (de l'univers) et qui se déplace à l'infini.

 

Les 175 piles de journaux qui contiennent les nouvelles de la ville envahissent le lieu, et le transforment en un grand labyrinthe, en cimetière. Tout en créant la lande déserte du Roi Lear, ils ont une fonction de sièges pour le public. Les journaux sont placés dans la salle suivant une trame urbaine cartésienne, traversée par deux orages, transformant cette configuration en créant deux nouveaux centres aux deux bouts de la salle. Les barrières entre les spectateurs et les comédiens s’effacent…

 

Le bloc de béton, qui a les mêmes dimensions qu'une pile de journaux, est positionné face au mur de la salle. Pierre tombale, centre de l’univers, il devient le contrepoids de la structure suspendue et le point de repère : un land mark de notre ville imaginaire... Les fils d'acier qui servent à suspendre l'installation, augmentent le sentiment d'insécurité et de fragilité, créent une image poétique et rappellent les fils du destin, Les liens entre les êtres, l'hygiène sociale de la cité. 

 

La création 


En début janvier, Espace Libre est de retour avec Requiem (s) King Lear Hygiène sociale Désobéissance civile Charte des raisons communes Vodka pour tous, la deuxième création de Hanna Abd El Nour proposée sur une scène montréalaise en cette saison 2014-2015 après sa mise en scène de Nombreux seront nos ennemis, un texte de Geneviève Desrosiers, en ouverture de saison à La Chapelle.

L’artiste d’origine libanaise qui est arrivé au Québec depuis une dizaine d’années, récemment installé à Montréal, poursuit une démarche interdisciplinaire originale. Ainsi, Requiem (s) King Lear est une oeuvre à la scénographie immersive où la frontière entre la scène et la salle est abolie. Architecture, performance, arts visuels et musique se décloisonnent et entrent en dialogues pour créer de nouveaux paysages humains, pour jeter un regard critique sur le monde dans lequel on vit. L'écriture scénique est constituée d’un arrimage de poèmes, chants, slogans, idées, afin de tisser une matière verbale spontanée — scandée comme des phrases parlées ou entendues dans la rue — qui se module, se réinvente pour constituer les partitions du spectacle, composer ses scènes et ses tableaux.


Utilisant le Roi Lear de Shakespeare comme source d’inspiration, Requiem (s) King Lear propose une fête théâtrale sur la genèse de la société québécoise, largement documentée et inspirée des écrits de grands penseurs et anthropologues québécois comme Fernand Dumont, Bernard Arcand et Serge Bouchard. Des fragments et des citations de ceux-ci s’y trouveront enfouis dans le texte donné en spectacle qui propose, tel que décrit par son auteur, « une mise en deuil festive et sensorielle de nos lieux communs québécois » : le pâté chinois, la chasse, la fin du mâle, le baseball, le hockey, la misère, les cartes, le cimetière, le caribou, et plus encore.


King Lear en filigrane pour questionner le Québec et le monde contemporain.

Cette œuvre au titre singulier et évocateur propose plus largement une réflexion universelle sur l’identité, le territoire, les pouvoirs et notre place comme être social.

Hanna Abd El Nour explique  : « C’est une œuvre contemporaine qui se brode sur les thèmes de l’amour et la folie, la révolte et l’indignation, la mort et la marchandisation de nos cultures et vies. Elle questionne les liens socioculturels et les tensions entre les individus, entre les générations. Elle nous éclaire sur les luttes entre les pouvoirs qui gouvernent notre société. 

C’est une cérémonie théâtrale qui montre les réalités qui s'estompent ou s'obscurcissent dans nos préoccupations quotidiennes. C'est un spectacle sur les diverses manières de considérer et d'évaluer le monde de l'expérience humaine. C'est un monde de fous qui pleurent dès leur naissance, le piège où s'attrape la conscience des êtres humains : ces funambules en équilibre qui luttent pour leur survie dans la jungle de notre Québec moderne. »


HANNA ABD EL NOUR — Dramaturge et metteur en scène, Hanna Abd El Nour vit et travaille au Québec depuis dix ans. L’essence de son travail réside dans le politique, le vécu collectif et la condition de l’être humain. Ses créations sont un entrecroisement de plusieurs disciplines et un métissage de divers langages scéniques et esthétiques. Le corps et la performance sont au centre de sa démarche artistique. Il s’intéresse également aux nouvelles technologies. Ces dernières années, il a mis en scène Nombreux seront nos ennemis (Geneviève Desrosiers) à La Chapelle scènes contemporaines, Imagination du Monde (d’après la Divine Comédie de Dante), Le projet Faust – Performances in situ (d’après Goethe). Présentement, il travaille sur l’actualisation de la figure mythique d’Électre ainsi que la réécriture des Métamorphoses d’Ovide.


VOLTE 21(Montréal) est un groupe nomade de créateurs indisciplinés issus d’horizons multiples. Il est en quête de nouvelles dynamiques de création et de production. Il œuvre à faire de l’art un acte politique, propose une expression artistique risquée et s’impose comme une possibilité qui suscite un débat dans la cité. Dans leur geste d’écriture plurielle, ses artistes remettent en question dans une révolte festive l’absurdité de notre monde et la vanité de notre époque. www.volte21.com


URD Théâtre (Québec) produit des œuvres d’art symboliques qui plongent le public au sein d’une expérience sensorielle, voire événementielle. Il cherche à faire de ses créations un espace politique où se rencontrent artistes et citoyens, de sorte qu’ensemble ils remettent en question les enjeux de leur société. Il contribue à l’émergence d’une vision du monde où dialoguent les diverses cultures et disciplines, où se métissent les expressions, les idées et les savoir-faire artistiques.


DU 13 AU 17 JANVIER 2015
Du mardi au samedi à 19h à Espace Libre, 1945 rue Fullum, Montréal

ACTIVITÉS PARALLÈLES (à la suite de la représentation). Médiateur : Hanna Abd El Nour

-       Mercredi 14 janvier : SHAKESPEARE NOTRE CONTEMPORAIN ?
— Invitée : Émilie Martz-Kuhn

-       Jeudi 15 janvier : LE THÉÂTRE EST-IL NÉCESSAIRE ?
— Équipe de création / Comédiens et concepteurs

-       Vendredi 16 janvier : LA CULTURE EST LE LIEU DE L'HOMME, POURQUOI PERSONNE N'Y HABITE ? — Invité : Pierre Mouterde

 

> Texte et mise en scène HANNA ABD EL NOUR

> Distribution Jérémie Aubry, Angie Cheng, Sarah Chouinard-Poirier, Ève Gadouas, Nora Guerch, Karina Iraola, Julien Thibeault

> Équipe Jean-François Blouin (conception sonore), Mazen Chamseddine (installation et espace), Fruzsina Lanyi (costumes), Martin Sirois (lumières), Ali Youssof (dramaturgie), Laurence Croteau-Langevin (direction de production), Camille Robillard (régie et assistance à la mise en scène)

> Production URD (Québec) et Volte 21 (Montréal)

Billetterie : 514 521-4191 / www.espacelibre.qc.ca

- 30 -


Contact média