EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 1135-02
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Restriction de publication
Vous devez être connecté pour faire une demande d'autorisation de publication.

Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Industriel chic sur mesure - Les Ensembliers
Exclusivité de v2com

Industriel chic sur mesure

Montréal, Canada

Les Ensembliers

Montréal, Canada, 01-05-2015 -

Les Ensembliers signent la réalisation d’une résidence de 6 000 pieds carrés sur trois étages, réunissant trois appartements mitoyens de l’édifice des lofts Redpath. Les architectes et designers ont su relever le défi de remettre en question la dimension et la destination initiales de ces trois unités différentes pour faire naitre un nouvel ensemble cohérent, matérialisant dans son traitement la personnalité des propriétaires.

 

« Nous avons pu pousser ce projet beaucoup plus loin que nous l’avions imaginé au départ, grâce à la relation exceptionnelle que nos clients nous ont permis d’établir avec eux. Pour la définition de la nouvelle architecture intérieure et la composition des différentes ambiances visuelles, ils ont tenu à valoriser le caractère industriel de l’ancienne raffinerie de sucre, tout en y ajoutant une tonalité qui traduit leur philosophie de vie. C’est le mariage de leur vision, de leur ouverture d’esprit et de leur personnalité qui a rendu possible la réalisation d’un projet aussi complexe », notent Maxime Vandal et Richard Ouellette, l’architecte et le designer associés fondateurs des Ensembliers.

  

Redéfinir une conversion patrimoniale historique


Au début des années 2000, la reconversion de l’ancienne usine Redpath Sugar en lofts de luxe amorçait le processus de revitalisation du Sud-ouest de Montréal, aux abords du Canal Lachine, et la gentrification progressive du secteur. Cette remarquable transformation d’un édifice industriel patrimonial a reçu plusieurs prix comme celui d’Héritage Montréal dans la catégorie recyclage et celui du Prix de Mise en Valeur du patrimoine Wawanesa pour la protection du patrimoine architectural.

 

En fusionnant trois unités distinctes de cet ensemble unique, réparties sur trois étages différents, Les Ensembliers ont imaginé un nouvel espace cohérent, à la personnalité complexe. « Nous voulions éviter que ce nouvel espace soit le produit d’une simple juxtaposition de trois unités différentes. Nous souhaitions aussi capitaliser sur la force visuelle du caractère industriel du bâtiment, tout en nous éloignant de la logique de loft de la reconversion d’origine », explique Maxime Vandal.

 

Dans cette optique, les concepteurs ont opté pour deux gestes architecturaux audacieux, l’un vertical, l’autre horizontal. Le premier est une percée centrale, créant ainsi un atrium qui unifie les 3 étages, autant qu’il améliore la luminosité du 3e niveau. Le second est un axe dynamique, matérialisé par un plancher surélevé de trois marches entre les deux escaliers décalés du 4e étage et, au 5e, par une passerelle reliant le salon à la chambre des invités.

 

Jeu d’ambiances


Ces gestes architecturaux ont également permis de diviser clairement l’espace en zones fonctionnelles distinctes, entre le hall d’entrée, la salle à manger & cuisine et la partie réservées aux enfants au 4e, entre les parties publiques, réparties du 4e au 5e, et les parties privées distribuées du 3e au 5e. Les zones d’occupation d’origine ont ainsi été entièrement repensées pour offrir une transition fluide entre des espaces de nature distinctes, de l’intimité douillette à la convivialité exubérante.

 

 La personnalité originale de chacune de ces zones a été définie par un traitement particulier de l’espace, autant au niveau de sa volumétrie que des matériaux et du mobilier choisis. Zone d’échange et de partage par excellence, la salle à manger s’exprime ainsi à travers son imposant foyer central en acier, sa hauteur de plafond, sa grande table ovale, sa large fenestration et ses luminaires composés de petites ampoules en suspension dans une trame cubique de tiges métalliques. Ici, tout a été imaginé pour évoquer les volumes exceptionnels de ces anciens espaces industriels. La cuisine, elle-même, a su préserver cette perspective en se réduisant à sa portion congrue : 3 ilots minimalistes, tous les rangements et électroménagers étant dissimulé derrière des murs laqués.

 

A l’inverse, la zone des maîtres au 3e étage est l’expression d’une domesticité chaleureuse, matissée de clins d’œil empruntés au chic urbain. Dès son abord, les deux murets de bois qui encadrent l’escalier d’accès composent un cocon intimiste annonciateur d’un havre privilégié. Au delà, tout respire le confort douillet d’un chez-soi retrouvé, des couleurs chaudes aux surfaces plus agréables au toucher, des formes de mobilier aux matériaux choisis : murs de soie turquoise, foyer en marbre de Vérone, canapé de velours en croissant de lune…

 

Esprit industriel chic


Mariage des origines industrielles des lieux et de la personnalité de ses occupants, les espaces intérieurs ont été construits sur un jeu de contrastes entre un caractère industriel brut et un goût pour une esthétique de luxe et de confort urbain. Dans le salon les angles des fauteuils, des parois de verre découpées ou des lignes brisées du tapis s’opposent aux arrondis des coussins ou du miroir. Le moelleux des banquettes s’insère dans une bibliothèque de métal noir au cachet industriel qui couvre tout un pan de mur.

 

Les matières confortables alternent avec des matériaux réfléchissants : acier, béton poli, soie, verre, velours… Dans la partie privative du 3e étage, des rideaux de métal habillés de soie, cloisons amovibles réinventées, et la transparence des pieds en acrylique du meuble-lavabo de la salle de bain évoquent l’ouverture et la fluidité des espaces des étages supérieurs.

 

Ce jeu de correspondances, propre à la démarche créative des Ensembliers, s’est traduit également dans la sélection des éléments de décoration. Ainsi, les nervures du marbre de Vérone du foyer de la chambre à coucher ont inspiré le choix du tableau japonais qui surmonte la tête de lit. Les pieds d’une chaise miment les talons des escarpins de la propriétaire. Dans la salle de bain, les murs tapissés des anciennes pièces de une cent sont un hommage à la monnaie défunte. «  Chaque objet a été choisi en fonction de sa personnalité et de sa correspondance avec l’univers qu’on lui destinait. Qu’il s’agisse d’un cadre vintage ou d’un mobilier sur mesure, rien n’est dû au hasard »,

 

A l’instar d’une composition artistique, chaque pièce a ainsi été conçue par touches d’impressions pour produire une émotion finale aussi complexe qu’unique.

  

À propos des Ensembliers


Nés de l’association d’un architecte, Maxime Vandal, et d’un designer d’intérieur, Richard Ouellette, les Ensembliers ont inauguré au Québec le premier modèle intégrant architecture, design d’intérieur et construction.

 

Cette intégration verticale leur permet de réaliser des projets complexes et risqués en respectant budgets et délais, à l’instar de leur rénovation patrimoniale du 205 Edge Hill, à Westmount, un projet de 12 000 pieds carrés bouclé en à peine 12 mois.

 

« Nous avons l’architecte et le peintre en bâtiment sur la même fiche de paie, ce qui nous donne beaucoup de réactivité et facilite notre contrôle de la qualité des projets », fait remarquer Maxime Vandal.

 

Grâce à cette approche intégrée du design, les Ensembliers se sont spécialisés dans les projets résidentiels haut de gamme, en signant des réalisations comme la restauration de l’une des plus ancienne résidence de Westmount, « Gate Lodge », pour laquelle ils ont reçu le prix émérite du patrimoine 2010 de l’Opération patrimoine architectural de Montréal.

 

Leurs projets sont régulièrement couverts par la presse internationale. En 2012, House & Home Magazine plaçait leur réalisation de l’Ermite de Port-au-Persil dans son classement «Best Homes of 2011» parmi les 12 résidences les plus réussies.


*Plans et dessins techniques sur demande.

- 30 -


Contact média
Dossier de presse | 1135-02 - Communiqué de presse | Industriel chic sur mesure - Les Ensembliers - Design d’intérieur résidentiel - Maxime Vandal (gauche), architecte associé et Richard Ouellette (droite), designer associé - Crédit photo : Jean-Francois Beliveau
Maxime Vandal (gauche), architecte associé et Richard Ouellette (droite), designer associé
Crédit photo : Jean-Francois Beliveau
Télécharger
Image haute résolution
14.18 x 10.13
300dpi