EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 921-02
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Nouveau bâtiment au Lycée Albert Einstein à Bagnols sur Cèze - NBJ architectes

Nouveau bâtiment au Lycée Albert Einstein à Bagnols sur Cèze

Bagnols-sur-Cèze, France

NBJ architectes


Montpellier, France, 05-09-2013 - La restructuration globale du Lycée Albert Einstein, prend fin avec la réalisation du dernier bâtiment de plan de rénovation élaboré par l’agence NBJ architectes (Elodie Nourrigat, Jacques Brion, Romain Jamot) associé à François Privat, architectes. Le Lycée Albert Einstein site Brassens est un vaste établissement des années 60. Construit suivant un modèle stricte et répétitif, il est composé de grands bâtiments linéaires de 60 à 80 m de long et de grands ateliers en structure métallique entourés de vaste espace dilaté et peu attrayant.

L’objectif était de penser une nouvelle organisation spatiale du site afin d’offrir aux lycéens, enseignants et administratif un espace de travail et un véritable lieu de vie appropriable par tous. Pour ce faire la stratégie de restructuration a été établie en trois points principaux :

• Stratégie de reconquête « retrouver l’échelle du lieu »

L’enjeu est de reconquérir l’espace par une meilleure répartition des constructions afin de retrouver une échelle humaine dans les bâtiments et les espaces extérieurs. Le projet s’inspire du modèle campus qui présente l’avantage d’être flexible et de permettre une meilleure identification des pôles d’enseignement. Ce processus d’intervention permet également aux élèves de mieux se repérer et s’insérer dans une vie sociale tout en étant encadrés.

Ainsi
une centralité, un cœur d’établissement proche de l’ensemble des fonctions a pu voir le jour. La cour est l’élément majeur du projet, le lieu de rencontre mais également de transition. Sa localisation lui offre des connexions directes avec la cafétéria, l’espace de restauration, l’administration, les ateliers, les salles d’enseignement général et la vie scolaire. Le traitement paysagé de la cour est volontairement de type «urbain» telle une place centrale, majoritairement minérale, permettant une différenciation avec les jardins restructurés.
Afin de retrouver cette échelle il était également nécessaire de
réaliser des bâtiments de faibles hauteurs, faibles emprises au sol afin d’obtenir une meilleure répartition et occupation de l’espace. Cette flexibilité permet de s’adapter au programme et aux disciplines en évolution constante.

• Un véritable projet de paysage.

Les espaces sont traités et facilement identifiables afin d’affirmer une idée de séquences et de reconnaissance des pôles d’enseignement. Le fait de densifier les jardins entre les bâtiments permet de proposer un écran végétal qui améliore le confort visuel ainsi que le confort thermique des façades. Par ailleurs le projet propose de créer une alternance entre des zones boisées denses, les constructions, des lieux plus minéraux comme les axes de circulation agrémentés de bancs et d’ombrières, et des traitements de sol particuliers offrent une diversité paysagère. Ainsi nous cherchons à retrouver un équilibre bâti / végétal.

• S’inscrire dans la durée

Restructuré un établissement d’enseignement c’est se projeter dans l’avenir et penser la durée. Il ne suffit pas de produire un bâtiment opérant lors de sa livraison. Il faut lui donner la force de traverser le temps et d’être un outil performant. Notre intervention prend en compte le projet pédagogique, la flexibilité architecturale, le respect de l’environnement, le caractère public du bâtiment. Pour cela il faut prendre conscience du lieu dans lequel l’intervention va s’inscrire et en faire émerger ses qualités fondamentales. Les éléments naturels doivent devenir les symboles des grands équipements d’autant plus lorsqu’il s’agit de lieux de formation. Le projet architectural devient lui-même un objet pédagogique, car il montre un acte conscient d’une réalité mais surtout des enjeux à l’échelle environnementale, dans un souci de laisser aux générations futures un cadre de vie sain.
Penser un développement durable passe bien sur par la prise en compte qualitative des matériaux, un travail technique sur la gestion des énergies, mais également par une logique l’agencement des lieux. C’est en ce sens que nous avons entrepris ce projet, en s’inscrivant dans le temps.

Ainsi le dernier bâtiment réalisé avec ses aménagements extérieurs, rend compte de cette logique et stratégie de reconquête. Il accueille un restaurant d’application ainsi que des salles d’enseignement. Un soin particulier a été accordé à l’enveloppe même du bâtiment. Travaillant sur une mise en épaisseur de la surface transitoire entre l’intérieur et l’extérieur, la peau du bâtiment se décline dans une alternance colorée entre des panneaux en aluminium laqués et des brises soleils offrant des vibrations contrastant avec une enveloppe en béton brut. Les aménagements proposent des espaces spécifiques de rencontre autour d’entité végétalisés.

Présentation Agence

Après plus de dix ans de collaboration étroite, Elodie Nourrigat, Jacques Brion et Romain Jamot architectes, ont crée en 2013 l’agence NBJ à Montpellier. Celle-ci est issue de l’association de deux structures, NB Architectes qu’Elodie Nourrigat et Jacques Brion avaient fondés en 2000 et Romain Jamot Architectes constitué en 2003. Tous trois sont architectes diplômés de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (ENSAM) et Elodie Nourrigat et Jacques Brion ont obtenu en 2002 un Master en Philosophie de l’Université de Lyon III. Elodie Nourrigat vient d’obtenir en 2011 un Doctorat en Architecture. Ils sont également enseignants à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (ENSAM). La structure actuelle de l’agence réunit une équipe structurée de professionnels ayant des compétences en architecture, urbanisme, impliquée dans les enjeux environnementaux et s’engageant dans des programmes de recherche afin d’explorer de nouvelles pistes de développement des projets. Les projets de l’agence s’inscrivent dans différentes échelles, qu’elles soient architecturales ou urbaines. Leur travail a été reconnu au travers de différentes distinctions. En septembre 2008, ils étaient invités à la 11ème Biennale d’architecture de Venise dans le Pavillon Français. La même année ils étaient lauréat du prix «Europe 40 under 40», prix distinguant les 40 meilleures agences de moins de 40 ans en Europe. Le projet du Parc d’Activité de Camalcé à Gignac a été distingué par le «International Award 2009» attribué par le Chicago Athenaeum Museum. Ils portent leur enseignement à l’étranger, que ce soit à l’Université Laval à Québec (Canada), RMIT à Melbourne (Australie), Tohku University à Sendai (Japon), College of Design de l’Université du Kentucky (USA). Investis dans la diffusion de la culture architecturale, en 2006, ils créent et organisent annuellement, le Festival des Architectures Vives qui invite de jeunes architectes à intervenir dans les cours d’hôtels particuliers de la ville à Montpellier et dans al ville Balnéaire de La Grande Motte.

Nom du projet: Lycée Albert Einstein
Localisation: Bagnols sur Cèze
Client: Région Languedoc Roussillon
Maître d’ouvrage délégué : Languedoc Roussillon Aménagement
Architectes / designers:
Elodie NOURRIGAT/Jacques BRION/Romain JAMOT– NJB Architectes
François PRIVAT – Architecte Associé
Superficie du projet: 2300 m2 + aménagement extérieurs
Budget: 4,2 Millions €
Date de fin du projet: Novembre 2012
Photo (s) crédit (s):
Paul KOZLOWSKI
©photoarchitecture
Site :
www.photoarchitecture.com 
- 30 -


Contact média