EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 558-03
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Agrandissement du Centre sportif J.-C. Malépart - Saia Barbarese Topouzanov Architectes

Agrandissement du Centre sportif J.-C. Malépart

Montréal, Canada

Saia Barbarese Topouzanov Architectes

Montréal, Canada, 13-02-2011 -

Par le passé, dans le quartier Sainte-Marie, le quadrillé des rues bordées de logements ouvriers, de petits commerces et industries avait suscité peu de carrefours de vie urbaine. Mais, graduellement, à l'angle des rues Ontario et Frontenac, une maison de la culture précédée d'une station de métro et suivie d'un centre sportif construit à proximité, allaient se révéler comme un lieu de fierté et d'appartenance très fréquenté par les citoyens. 
Quatorze ans après un premier mandat pour la construction d'une première phase, les architectes Saia Barbarese et Topouzanov se sont vus récemment confier l'agrandissement du Centre sportif Jean-Claude Malépart, du nom de ce député qui s'était fait le défenseur des défavorisés de son comté de Sainte-Marie. 


Programme
Le hall de 1996 devait devenir une sorte de plaque tournante qui continuerait à desservir les installations déjà en place, gymnase et salles communautaires, tout en donnant accès à une nouvelle billetterie, à une piscine semi-olympique et à une pataugeoire avec leurs salles de déshabillage, salle d’entrainement, local pour sauveteurs dépôts et services connexes. 

Le rapport au site et à la première phase 
Le nouveau bâtiment vient compléter le tissu urbain environnant et composer un tout unitaire avec les volumes articulés du centre sportif de 1996. L'entrée principale rue Ontario, sans changer de localisation, gagne en visibilité. En effet, la paroi de verre transparent où elle s'inscrit désormais, se prolonge tout au long de la nouvelle façade et va, sa hauteur s'amenuisant, jusqu'à la rue du Havre. L'angle aigu obtenu oriente le regard vers l'entrée ainsi magnifiée. 

L'agrandissement propose un volume simple et diaphane. Il permet l'identification claire des entités mises en présence et le dialogue qu'elles entretiennent entre elles. Du côté extérieur, il reprend l'échelle des constructions avoisinantes. Il atteint sa hauteur maximale le long de la rue Ontario. De là, une géométrie variable incline doucement le toit pour le rendre compatible avec les constructions à deux ou trois étages de la rue du Havre; pour faire référence au toit courbé du gymnase; pour permettre au bloc gymnase un éclairage naturel et au jardin attenant, un ensoleillement maximum. Ce jardin linéaire et fonctionnel devient un axe de structuration des diverses composantes du site. L'enveloppe, dans sa partie supérieure et opaque adopte une tonalité pâle qui contribue à réduire les émissions de chaleur vers l'environnement. 

L'idée des vagues, inspirée d'un tableau de David Hockney : Portrait of an artist 
À l'intérieur comme à l'extérieur, une vague se développe sur le périmètre de l'édifice. Ses mouvements ascendants et descendants se suivent en deux ondulations continues. La première, transparente et haute vis à vis de l'entrée et de la salle de conditionnement reflue jusqu'au coin près duquel se situe le plongeoir pour y assurer une ambiance propice à la concentration. Puis la remontée du verre s'effectue en bordure de la rue du Havre jusqu'à la pataugeoire et redescend le long du jardin. Au dessus, la paroi de briques de la seconde ondulation épouse le parcours précédent, s'amenuisant ou s'augmentant à l'inverse de cette dernière. Il s'y dessine en outre le motif de vaguelettes et de reflets d'eau qui trouve son écho sur les plages de la piscine et de la pataugeoire. 

De la matérialité 
Le dialogue entre le nouveau bâtiment et l'ancien, entre le mouvement continu imprimé au volume récent et celui plus saccadé et morcelé de l'ancien se poursuit dans les propriétés des matériaux sélectionnés. Le verre teinté de gris s'harmonise avec les couleurs de la première construction. En même temps, il permet de deviner, depuis l'extérieur, les activités de l'intérieur et, à la fois, de préserver une certaine intimité aux usagers. Le ton laiteux de la paroi supérieure ainsi que ses reflets se retrouvent dans le matériau du toit pour assurer le prolongement de l'un à l'autre en contraste avec les nettes démarcations de l'édifice bâti il y a quatorze ans. 

Du développement durable,
projet en voie d'accréditation LEED 

Cette architecture prend d'abord en compte l'humain. Elle se révèle déférente à l'égard du passant qui se retrouve à longer une paroi chatoyante où se devine l'animation de l'intérieur, où l'entrée s'ouvre comme une invitation. Elle se révèle encore soucieuse du bien-être et de la santé de l'utilisateur qui bénéficie de la lumière naturelle, où le concept clair rend évidente la perception des lieux. Les procédés de construction, les systèmes mis en place, le recyclage de l'air et de l'eau visent à respecter les règles du développement durable. Toutes ces préoccupations viennent moduler un langage architectural au fait des les grands courants qui ont cours ici et dans le monde, sans perdre de vue la qualité de vie des utilisateurs. 

Saia Barbarese Topouzanov
La firme Saia Barbarese Topouzanov pratique l'architecture, le design urbain et de l'environnement. Mario Saia la cofondait en 1968 tandis que Dino Barbarese et Vladimir Topouzanov s'associaient avec elle respectivement en 1990 et en 2002. Ses associés, sa vingtaine d'employés, professionnels et techniciens proviennent de différents horizons. Leur formation et leur expérience locales ou internationales enrichissent une pensée architecturale originale qui tient compte autant des grands courants mondiaux avant-gardistes que des contextes particuliers bâtis, sociaux ou naturels. 

Au chapitre de la reconnaissance, les architectes Saia Barbarese Topouzanov ont parachevé avec succès des constructions où l’intégration au milieu, la qualité de la conception, le respect de l’échelle humaine et l’efficacité du fonctionnement ont été reconnus. En effet, les plus grands organismes pancanadiens, québécois et locaux voués à l’architecture et à la préservation du patrimoine ont décerné à la firme de nombreux prix d’excellence parmi lesquels la Médaille d’or de l’Institut royal d’architecture du Canada, deux Médailles du Gouverneur général du Canada, quinze prix de l’Ordre des architectes du Québec, les prix internationaux Hue Award (San Francisco) et Wood Design Magazine, deux Best of Canada Design Awards, Mitra Milan, sept autres de Sauvons Montréal, et de l’Institut royal d’architecture du Canada. Les réalisations de la firme font également l’objet de nombreuses publications tant au Canada qu’à l’étranger (Allemagne, Argentine, Australie, Belgique, Chine, Corée, Espagne, États-Unis, France, Hollande, Italie, Royaume-Uni et Russie). 

Au cours des dernières années, la firme s’est donné comme objectif d’intégrer à son architecture, des principes de développement durable, au sens large. Déjà, certaines de ses réalisations importantes ont obtenu ou s’acheminent vers une certification LEED Or (Pavillon Lassonde - École Polytechnique), LEED Argent ( Pavilloin des Sciences Biologiques de l’UQAM), en voie d’accréditation Argent (Piscine Jean-Claude Malépart et le PERFORM CENTER de l’Université Concordia). 

Saia Barbarese Topouzanov

Mario Saia, architecte associé
Boursier de l’American Standard (1963) et boursier du Commonwealth (Université d’Édimbourg 1965), Médaille d'or de l'Institut Royal d'architecture de Canada (2007)

En lui attribuant cet honneur, le jury de la Médaille d’or a déclaré ce qui suit : « Parmi les architectes les plus importants et les plus expérimentés du Canada, nul doute que Mario Saia est l’un des plus provocateurs. Ses bâtiments ne s’inscrivent pas dans le monde du familier, du confortable ou du conservateur. Mario Saia recule les frontières du conventionnel et incite les usagers et les passants à réfléchir à la signification et au but de l’architecture, de l’urbanisme et du milieu. Il accorde toujours une grande attention au contexte et aborde ses projets dans un esprit d’innovation. C’est ce qui confère à son œuvre une telle diversité et une telle créativité et ce qui lui donne tous sons sens. »

Concepteur principal et auteur d’importants plans d’ensemble et plans de développement urbain. On reconnaît également à l’architecte toutes les propositions présentées par la firme dans le cadre de concours d’architecture ainsi que toutes ses réalisations primées à titre de responsable de la conception. 

Dino Barbarese, architecte associé,
chargé de projet

Master of Environmental Studies, York University (1982), B.Arch. Université de Montréal (1977), Bourse spéciale de maîtrise du Conseil des arts du Canada (1977), Boursier de la SCHL (1979).
Prix d’excellence de l’IRAC en dessin d’execution de l’Institut Royal d’architecutre du Canada 

Particulièrement au fait de l’équilibre difficile entre qualité architecturale et budgets restreints, il se révèle un planificateur efficace alliant une grande expertise en construction et dans l’usage des codes à un réalisme juste dans son évaluation des coûts. Sa rigueur professionnelle sert autant la qualité des espaces que celle de la construction; elle satisfait aussi bien les normes et les budgets que les échéanciers. Dino Barbarese est associé de près à la majorité des projets confiés à la firme au cours des 20 dernières années. 

Vladimir Topouzanov, architecte associé
B.Arch./ M.Arch. L’École de Hautes Études Techniques et d’Architecture à Sofia - 1984.

Avant son arrivée à Montréal en 1990, Vladimir Topouzanov avait une expérience professionnelle de six ans en Europe. Il a gagné le premier prix de deux compétitions internationales organisées par le Forum des jeunes architectes (IFYA) : le plan urbain de l’île de Skyros (1989) et le design urbain de la Place de la Gare à Québec en 1990. Il joint la firme en 1999.

On lui reconnaît toutes les propositions présentées par la firme depuis 18 ans dans le cadre de concours d’architecture ainsi que toutes ses réalisations primées à titre d’adjoint au concepteur principal ou concepteur principal.

Parallèlement à sa profession d’architecte, monsieur Topouzanov enseigne comme professeur invité au programme de maîtrise de l’École d’architecture de l’Université de Montréal. Il a été conférencier aux universités de : McGill (Montréal), Laval (Québec), Dalhausie (Halifax), Syracuse (état de New York), Waterloo (Ontario) et Ryerson (Toronto). 

Nom officiel du projet : Centre Sportif Jean-Claude Malépart
Localisation : 2633, Rue Ontario Est Montréal, QC H2K 1W8 - (514) 521-6884
Nom du client : Ville de Montréal 
Architectes : Saia Barbarese Topouzanov architectes
Concepteurs principaux : Mario Saia, Vladimir Topouzanov
Responsable du projet : Dino Barbarese, Virginie Legast
Équipe : Dino Barbarese, Patrick de Barros, Wassili Dudan, David Griffin, Mathias Loscos, Yvan Marion, Donald Marquis, Mario Saia, Catherine Simard, Vladimir Topouzanov
Ingénieurs : AECOM
Ingénieur en structure : MLC associés
Ingénieur mécanique/électricité : Aecom
Superficie du projet : 2680 m2
Coût des travaux : 7 millions $
Date de finalisation du projet : Mai 2010 
Crédit photo : Marc Cramer, Frédéric Saia, Vladimir Topouzanov 

- 30 -


Contact média