EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 837-11
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis
Exclusivité de v2com

Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition

Grand-Métis, Canada

Festival international de jardins / Jardins de Métis

Le Festival international de jardins est heureux de dévoiler les nouveaux concepteurs choisis pour sa 16e édition, qui sera présentée aux Jardins de Métis, du 26 juin au 27 septembre 2015.


Grand-Métis, Canada, 07-01-2015 -

L’appel de candidatures international a suscité un très grand enthousiasme de la part des designers d’un peu partout à travers le monde et un nombre record de 309 projets, en provenance de 34 pays, ont été soumis par plus de 700 architectes, architectes paysagistes, designers et artistes.

 

« Buzz » est le mot clé qui guide le Festival 2015 avec de nouvelles créations en provenance du Canada, de la France et d’Israël. Les installations sélectionnées par le jury proposent une énergie toute particulière et sont en connexion avec le monde naturel. Ces jardins éphémères ont un degré d'interactivité qui encourage les visiteurs à y entrer avec enthousiasme. Le but est d'intriguer les visiteurs avec de l’insolite ou de les impressionner par de nouvelles façons de présenter ce qui est banal.


Les nouveaux projets retenus pour l’édition 2015 du Festival sont :


Around-About de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, architecte & Noa Biran, architecte], Tel Aviv, Israël. http://www.talmonbiran.com.


Carré bleu sur fond blanc de o.k. [Kihan Kim, architecte paysagiste & Ophélie Bouvet, paysagiste], Paris, France. http://www.kihankim.com.


I like to move it de DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture [Mathilde Gaudemet, architecte & Arthur Ozenne, architecte], Paris, France.

http://www.19-86.fr.


Popple de Meaghan Hunter, architecte paysagiste & Suzy Melo, architecte paysagiste, Winnipeg (Manitoba) Canada.


Se mouiller (la belle échappée) de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, architecte, Rémi Morency, architecte et urbaniste, Erick Rivard, architecte & Maxime Rousseau, architecte],Québec (Québec) Canada. http://www.groupea.qc.ca.


Une mention spéciale a été accordée par le jury au projet The Archipelago (An Atlas of Biomes) de Pedro Pitarch Alonso, architecte, Madrid, Espagne.


Les 309 projets qui ont été soumis sont présentés en ligne sur le site Internet du Festival : http://www.jardinsdemetis.com

 

Le jury de l’édition 2015 du Festival international de jardins (FIJ) était composé de Paula Meijerink, architecte paysagiste, coconceptrice de Asphalt Garden, FIJ 2003 et Shushu, FIJ 2004; François Leblanc, architecte, coconcepteur de Méristème, FIJ 2014; Rosetta Sarah Elkin, architecte paysagiste et professeure à l’Université Harvard, Graduate School of Design, conceptrice de Tiny Taxonomy, FIJ 2010-2014; Edith Normandeau, directrice générale par intérim, Association des architectes paysagistes du Québec et Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis et du Festival international de jardins.

 


À propos du Festival international de jardins 


Le Festival international de jardins est le plus important festival de jardins contemporains en Amérique du Nord. Depuis sa création en 2000, plus de 150 jardins différents ont été présentés in situ à Grand‐Métis et dans des lieux extra‐muros au Canada et à l’étranger.

 

Présenté aux Jardins de Métis, dans la région touristique de la Gaspésie, le Festival se déroule sur un site adjacent aux jardins historiques créés par Elsie Reford et permet d’établir un dialogue entre l’histoire et la modernité, entre conservation, tradition et innovation. L’événement propose chaque année des créations réalisées par plus de soixante-dix architectes, architectes paysagistes et concepteurs de divers horizons, dans un environnement naturel en bordure du fleuve Saint‐Laurent.

 

Le Festival international de jardins est présenté grâce au soutien financier de : Conseil des Arts du Canada, Patrimoine canadien, Emplois d’été Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Tourisme Québec, Conférence régionale des Élues du Bas‐Saint‐Laurent et Emploi‐Québec. Développement économique Canada est le partenaire principal du Laboratoire des paysages des Jardins de Métis.

 

À propos des Jardins de Métis


Lieu historique national du Canada et site patrimonial du Québec, les Jardins de Métis constituent un arrêt incontournable pour tous ceux qui visitent la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Espace culturel et destination touristique depuis plus de 50 ans, les Jardins de Métis demeurent l’un des lieux les plus achalandés de la région est du Québec et offrent aux visiteurs des expériences diversifiées qui sollicitent tous les sens. Situés au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Mitis, ils ont été conçus par Elsie Reford de 1926 à 1958 et figurent au palmarès des jardins nord-américains les plus réputés. Hydro‐Québec est le commanditaire principal des Jardins de Métis depuis 1999.


Les Jardins de Métis seront ouverts tous les jours, du 30 mai au 27 septembre 2015. En tout temps, l’admission est gratuite pour les enfants de 13 ans et moins.

- 30 -


Contact média
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -  AROUND-ABOUT de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, architecte &amp; Noa Biran, architecte], Tel Aviv, Israël.<br><br>Trois grandes herses mobiles sont placées à l'intérieur d'un champ de gravier. Ces instruments, dont le design est inspiré de&nbsp;la machinerie agricole traditionnelle, ratissent le gravier de manière circulaire. Les visiteurs seront ici des participants actifs dans la composition et la déconstruction du jardin. Contrairement au jardin zen japonais, qui est conçu pour être vu de l'extérieur, ce jardin sera vu, créé et expérimenté de l'intérieur, à travers une activité joyeuse et ludique. Lorsque les visiteurs marcheront en poussant les structures, leurs traces viendront défaire le motif ordonné du gravier. Lorsqu’ils les déplaceront en tirant sur celles-ci, le jardin retrouvera son motif ordonné.<br><br>Les deux architectes de Talmon Biran architecture studio travaillent autant sur des projets d’architecture que sur des installations artistiques ou des interventions en milieux urbains. Ils explorent autant les projets privés que publics ou commerciaux, à différentes échelles – du design intérieur aux bâtiments, de l’urbanisme à l’architecture de paysage. Leur travail se caractérise par une approche multidisciplinaire, née de leurs expériences en arts visuels, danse, photographie et vidéo.&nbsp;  - Crédit photo : Talmon Biran architecture studio
AROUND-ABOUT de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, architecte & Noa Biran, architecte], Tel Aviv, Israël.

Trois grandes herses mobiles sont placées à l'intérieur d'un champ de gravier. Ces instruments, dont le design est inspiré de la machinerie agricole traditionnelle, ratissent le gravier de manière circulaire. Les visiteurs seront ici des participants actifs dans la composition et la déconstruction du jardin. Contrairement au jardin zen japonais, qui est conçu pour être vu de l'extérieur, ce jardin sera vu, créé et expérimenté de l'intérieur, à travers une activité joyeuse et ludique. Lorsque les visiteurs marcheront en poussant les structures, leurs traces viendront défaire le motif ordonné du gravier. Lorsqu’ils les déplaceront en tirant sur celles-ci, le jardin retrouvera son motif ordonné.

Les deux architectes de Talmon Biran architecture studio travaillent autant sur des projets d’architecture que sur des installations artistiques ou des interventions en milieux urbains. Ils explorent autant les projets privés que publics ou commerciaux, à différentes échelles – du design intérieur aux bâtiments, de l’urbanisme à l’architecture de paysage. Leur travail se caractérise par une approche multidisciplinaire, née de leurs expériences en arts visuels, danse, photographie et vidéo. 
Crédit photo : Talmon Biran architecture studio
Télécharger
Image haute résolution
16.54 x 7.86
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -  AROUND-ABOUT de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, architecte &amp; Noa Biran, architecte], Tel Aviv, Israël. <br><br>Trois grandes herses mobiles sont placées à l'intérieur d'un champ de gravier. Ces instruments, dont le design est inspiré de&nbsp;la machinerie agricole traditionnelle, ratissent le gravier de manière circulaire. Les visiteurs seront ici des participants actifs dans la composition et la déconstruction du jardin. Contrairement au jardin zen japonais, qui est conçu pour être vu de l'extérieur, ce jardin sera vu, créé et expérimenté de l'intérieur, à travers une activité joyeuse et ludique. Lorsque les visiteurs marcheront en poussant les structures, leurs traces viendront défaire le motif ordonné du gravier. Lorsqu’ils les déplaceront en tirant sur celles-ci, le jardin retrouvera son motif ordonné.<br><br>Les deux architectes de Talmon Biran architecture studio travaillent autant sur des projets d’architecture que sur des installations artistiques ou des interventions en milieux urbains. Ils explorent autant les projets privés que publics ou commerciaux, à différentes échelles – du design intérieur aux bâtiments, de l’urbanisme à l’architecture de paysage. Leur travail se caractérise par une approche multidisciplinaire, née de leurs expériences en arts visuels, danse, photographie et vidéo.&nbsp;  - Crédit photo : Talmon Biran architecture studio
AROUND-ABOUT de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, architecte & Noa Biran, architecte], Tel Aviv, Israël.

Trois grandes herses mobiles sont placées à l'intérieur d'un champ de gravier. Ces instruments, dont le design est inspiré de la machinerie agricole traditionnelle, ratissent le gravier de manière circulaire. Les visiteurs seront ici des participants actifs dans la composition et la déconstruction du jardin. Contrairement au jardin zen japonais, qui est conçu pour être vu de l'extérieur, ce jardin sera vu, créé et expérimenté de l'intérieur, à travers une activité joyeuse et ludique. Lorsque les visiteurs marcheront en poussant les structures, leurs traces viendront défaire le motif ordonné du gravier. Lorsqu’ils les déplaceront en tirant sur celles-ci, le jardin retrouvera son motif ordonné.

Les deux architectes de Talmon Biran architecture studio travaillent autant sur des projets d’architecture que sur des installations artistiques ou des interventions en milieux urbains. Ils explorent autant les projets privés que publics ou commerciaux, à différentes échelles – du design intérieur aux bâtiments, de l’urbanisme à l’architecture de paysage. Leur travail se caractérise par une approche multidisciplinaire, née de leurs expériences en arts visuels, danse, photographie et vidéo. 
Crédit photo : Talmon Biran architecture studio
Télécharger
Image moyenne résolution
7.87 x 7.87
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -   CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC&nbsp;de o.k. [Kihan Kim, architecte paysagiste &amp; Ophélie Bouvet, paysagiste], Paris, France. <br><br>L’idée de ce jardin est née d’une découverte fortuite faite sous un hamac. Entêtées par leur recherche de soleil, les fleurs s’étaient glissées au travers du filet et l’avaient transpercé. Elles composaient un motif aléatoire sur la toile vierge du hamac. Cette réinterprétation d’un phénomène naturel viendra créer un jardin contemplatif où la toile agira comme un filtre révélateur qui s’activera au moment de la floraison. Cette tapisserie, que les fleurs viendront tisser peu à peu, se dessinera au fil des jours, tout au long du Festival. La surface vibrante du tissage jouera sur la confusion entre les parties immergées et submergée des plantes.<br><br>Nouvellement diplômés, les membres de cette équipe partagent l’envie de faire dialoguer les points de vue et les disciplines pour interroger notre environnement. Forts de leurs expériences internationales, d’Édimbourg à Barcelone et de Paris à Séoul, Kihan Kim et Ophélie Bouvet axent leur démarche sur les sensations en s’appuyant sur l’expérimentation plastique. Ils jouent avec les limites pour les rendre sensibles et affirmer leurs qualités. Entre art, architecture et botanique, ils souhaitent mettre à profit leurs compétences au service de l’inattendu. <br>   - Crédit photo : o.k.
CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC de o.k. [Kihan Kim, architecte paysagiste & Ophélie Bouvet, paysagiste], Paris, France.

L’idée de ce jardin est née d’une découverte fortuite faite sous un hamac. Entêtées par leur recherche de soleil, les fleurs s’étaient glissées au travers du filet et l’avaient transpercé. Elles composaient un motif aléatoire sur la toile vierge du hamac. Cette réinterprétation d’un phénomène naturel viendra créer un jardin contemplatif où la toile agira comme un filtre révélateur qui s’activera au moment de la floraison. Cette tapisserie, que les fleurs viendront tisser peu à peu, se dessinera au fil des jours, tout au long du Festival. La surface vibrante du tissage jouera sur la confusion entre les parties immergées et submergée des plantes.

Nouvellement diplômés, les membres de cette équipe partagent l’envie de faire dialoguer les points de vue et les disciplines pour interroger notre environnement. Forts de leurs expériences internationales, d’Édimbourg à Barcelone et de Paris à Séoul, Kihan Kim et Ophélie Bouvet axent leur démarche sur les sensations en s’appuyant sur l’expérimentation plastique. Ils jouent avec les limites pour les rendre sensibles et affirmer leurs qualités. Entre art, architecture et botanique, ils souhaitent mettre à profit leurs compétences au service de l’inattendu.
Crédit photo : o.k.
Télécharger
Image très haute résolution
20.0 x 9.65
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -  CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC&nbsp;de o.k. [Kihan Kim, architecte paysagiste &amp; Ophélie Bouvet, paysagiste], Paris, France.<br><br>L’idée de ce jardin est née d’une découverte fortuite faite sous un hamac. Entêtées par leur recherche de soleil, les fleurs s’étaient glissées au travers du filet et l’avaient transpercé. Elles composaient un motif aléatoire sur la toile vierge du hamac. Cette réinterprétation d’un phénomène naturel viendra créer un jardin contemplatif où la toile agira comme un filtre révélateur qui s’activera au moment de la floraison. Cette tapisserie, que les fleurs viendront tisser peu à peu, se dessinera au fil des jours, tout au long du Festival. La surface vibrante du tissage jouera sur la confusion entre les parties immergées et submergée des plantes. <br><br>Nouvellement diplômés, les membres de cette équipe partagent l’envie de faire dialoguer les points de vue et les disciplines pour interroger notre environnement. Forts de leurs expériences internationales, d’Édimbourg à Barcelone et de Paris à Séoul, Kihan Kim et Ophélie Bouvet axent leur démarche sur les sensations en s’appuyant sur l’expérimentation plastique. Ils jouent avec les limites pour les rendre sensibles et affirmer leurs qualités. Entre art, architecture et botanique, ils souhaitent mettre à profit leurs compétences au service de l’inattendu. <br>     - Crédit photo : o.k.
CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC de o.k. [Kihan Kim, architecte paysagiste & Ophélie Bouvet, paysagiste], Paris, France.

L’idée de ce jardin est née d’une découverte fortuite faite sous un hamac. Entêtées par leur recherche de soleil, les fleurs s’étaient glissées au travers du filet et l’avaient transpercé. Elles composaient un motif aléatoire sur la toile vierge du hamac. Cette réinterprétation d’un phénomène naturel viendra créer un jardin contemplatif où la toile agira comme un filtre révélateur qui s’activera au moment de la floraison. Cette tapisserie, que les fleurs viendront tisser peu à peu, se dessinera au fil des jours, tout au long du Festival. La surface vibrante du tissage jouera sur la confusion entre les parties immergées et submergée des plantes.

Nouvellement diplômés, les membres de cette équipe partagent l’envie de faire dialoguer les points de vue et les disciplines pour interroger notre environnement. Forts de leurs expériences internationales, d’Édimbourg à Barcelone et de Paris à Séoul, Kihan Kim et Ophélie Bouvet axent leur démarche sur les sensations en s’appuyant sur l’expérimentation plastique. Ils jouent avec les limites pour les rendre sensibles et affirmer leurs qualités. Entre art, architecture et botanique, ils souhaitent mettre à profit leurs compétences au service de l’inattendu.
Crédit photo : o.k.
Télécharger
Image très haute résolution
19.14 x 6.92
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -   I LIKE TO MOVE IT de DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture [Mathilde Gaudemet, architecte &amp; Arthur Ozenne, architecte], Paris, France. <br><br>Dans ce jardin, le visiteur se retrouvera face à une parcelle en friche. De l’herbe, quelques bouleaux se fondant aux autres et au loin, une densité végétale. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attireront l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se mettra à bouger. Le visiteur pourra le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal deviendra insolite. La nature ainsi domestiquée transformera le paysage en jardin. Les arbres, immobiles et muets, quintessence même de l’enracinement, se déplaceront tel des êtres vivants. À la merci de l’homme. <br><br>Le collectif DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecte est né d'un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets. - Crédit photo :  DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture
I LIKE TO MOVE IT de DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture [Mathilde Gaudemet, architecte & Arthur Ozenne, architecte], Paris, France.

Dans ce jardin, le visiteur se retrouvera face à une parcelle en friche. De l’herbe, quelques bouleaux se fondant aux autres et au loin, une densité végétale. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attireront l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se mettra à bouger. Le visiteur pourra le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal deviendra insolite. La nature ainsi domestiquée transformera le paysage en jardin. Les arbres, immobiles et muets, quintessence même de l’enracinement, se déplaceront tel des êtres vivants. À la merci de l’homme.

Le collectif DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecte est né d'un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets.
Crédit photo : DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture
Télécharger
Image haute résolution
15.0 x 10.0
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage - I LIKE TO MOVE IT de DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture [Mathilde Gaudemet, architecte &amp; Arthur Ozenne, architecte], Paris, France. <br><br>Dans ce jardin, le visiteur se retrouvera face à une parcelle en friche. De l’herbe, quelques bouleaux se fondant aux autres et au loin, une densité végétale. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attireront l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se mettra à bouger. Le visiteur pourra le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal deviendra insolite. La nature ainsi domestiquée transformera le paysage en jardin. Les arbres, immobiles et muets, quintessence même de l’enracinement, se déplaceront tel des êtres vivants. À la merci de l’homme. <br><br>Le collectif DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecte est né d'un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets. - Crédit photo :  DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture
I LIKE TO MOVE IT de DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture [Mathilde Gaudemet, architecte & Arthur Ozenne, architecte], Paris, France.

Dans ce jardin, le visiteur se retrouvera face à une parcelle en friche. De l’herbe, quelques bouleaux se fondant aux autres et au loin, une densité végétale. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attireront l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se mettra à bouger. Le visiteur pourra le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal deviendra insolite. La nature ainsi domestiquée transformera le paysage en jardin. Les arbres, immobiles et muets, quintessence même de l’enracinement, se déplaceront tel des êtres vivants. À la merci de l’homme.

Le collectif DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecte est né d'un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets.
Crédit photo : DIX NEUF CENT QUATRE VINGT SIX Architecture
Télécharger
Image haute résolution
14.24 x 9.24
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage - POPPLE de Meaghan Hunter, architecte paysagiste &amp; Suzy Melo, architecte paysagiste, Winnipeg (Manitoba) Canada. <br><br>Dans un boisé, un grand voilage de disques métalliques multicolores dansent dans le vent pour créer une mélodie et un buzz visuel, évoquant le tremblement des feuilles du peuplier faux-tremble. Cetteexpérience sensorielle cherche à soulignerla beauté simplede laforêt qui entoure l'installation. Le visiteur sera encouragé à interagir avec les rideaux et à contribuer aux mouvements des « feuilles » qui créeront un bourdonnement dans l'espace. Il y a tout un dynamisme dans la nature qui demeure invisible et cette installation invitera les gens à explorer et voir ce qui a toujours été là. <br><br>Meaghan Hunter est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Sa créativité et son éclectisme l’amènent à toucher à l'architecture, au design urbain, à l’architecture de paysage, où l’écologie, la gestion de l'environnement, l’ingénierie et les arts se côtoient. Suzy Melo est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Elle s’intéresse particulièrement aux espaces de transition entre intérieur et extérieur; ceux qui sont fortement délimités par l'architecture construite. Elles travaillent toutes deux pour des firmes d’architectes de paysage à Winnipeg.  - Crédit photo : Meaghan Hunter
POPPLE de Meaghan Hunter, architecte paysagiste & Suzy Melo, architecte paysagiste, Winnipeg (Manitoba) Canada.

Dans un boisé, un grand voilage de disques métalliques multicolores dansent dans le vent pour créer une mélodie et un buzz visuel, évoquant le tremblement des feuilles du peuplier faux-tremble. Cetteexpérience sensorielle cherche à soulignerla beauté simplede laforêt qui entoure l'installation. Le visiteur sera encouragé à interagir avec les rideaux et à contribuer aux mouvements des « feuilles » qui créeront un bourdonnement dans l'espace. Il y a tout un dynamisme dans la nature qui demeure invisible et cette installation invitera les gens à explorer et voir ce qui a toujours été là.

Meaghan Hunter est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Sa créativité et son éclectisme l’amènent à toucher à l'architecture, au design urbain, à l’architecture de paysage, où l’écologie, la gestion de l'environnement, l’ingénierie et les arts se côtoient. Suzy Melo est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Elle s’intéresse particulièrement aux espaces de transition entre intérieur et extérieur; ceux qui sont fortement délimités par l'architecture construite. Elles travaillent toutes deux pour des firmes d’architectes de paysage à Winnipeg.
Crédit photo : Meaghan Hunter
Télécharger
Image haute résolution
11.0 x 6.85
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage - POPPLE de Meaghan Hunter, architecte paysagiste &amp; Suzy Melo, architecte paysagiste, Winnipeg (Manitoba) Canada. <br><br>Dans un boisé, un grand voilage de disques métalliques multicolores dansent dans le vent pour créer une mélodie et un buzz visuel, évoquant le tremblement des feuilles du peuplier faux-tremble. Cetteexpérience sensorielle cherche à soulignerla beauté simplede laforêt qui entoure l'installation. Le visiteur sera encouragé à interagir avec les rideaux et à contribuer aux mouvements des « feuilles » qui créeront un bourdonnement dans l'espace. Il y a tout un dynamisme dans la nature qui demeure invisible et cette installation invitera les gens à explorer et voir ce qui a toujours été là. <br><br>Meaghan Hunter est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Sa créativité et son éclectisme l’amènent à toucher à l'architecture, au design urbain, à l’architecture de paysage, où l’écologie, la gestion de l'environnement, l’ingénierie et les arts se côtoient. Suzy Melo est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Elle s’intéresse particulièrement aux espaces de transition entre intérieur et extérieur; ceux qui sont fortement délimités par l'architecture construite. Elles travaillent toutes deux pour des firmes d’architectes de paysage à Winnipeg.  - Crédit photo : Meaghan Hunter
POPPLE de Meaghan Hunter, architecte paysagiste & Suzy Melo, architecte paysagiste, Winnipeg (Manitoba) Canada.

Dans un boisé, un grand voilage de disques métalliques multicolores dansent dans le vent pour créer une mélodie et un buzz visuel, évoquant le tremblement des feuilles du peuplier faux-tremble. Cetteexpérience sensorielle cherche à soulignerla beauté simplede laforêt qui entoure l'installation. Le visiteur sera encouragé à interagir avec les rideaux et à contribuer aux mouvements des « feuilles » qui créeront un bourdonnement dans l'espace. Il y a tout un dynamisme dans la nature qui demeure invisible et cette installation invitera les gens à explorer et voir ce qui a toujours été là.

Meaghan Hunter est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Sa créativité et son éclectisme l’amènent à toucher à l'architecture, au design urbain, à l’architecture de paysage, où l’écologie, la gestion de l'environnement, l’ingénierie et les arts se côtoient. Suzy Melo est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Elle s’intéresse particulièrement aux espaces de transition entre intérieur et extérieur; ceux qui sont fortement délimités par l'architecture construite. Elles travaillent toutes deux pour des firmes d’architectes de paysage à Winnipeg.
Crédit photo : Meaghan Hunter
Télécharger
Image haute résolution
11.0 x 7.01
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage - SE MOUILLER (la belle échappée) de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, architecte, Rémi Morency, architecte et urbaniste, Erick Rivard, architecte &amp; Maxime Rousseau, architecte],Québec (Québec) Canada.<br><br>L’installation met de l’avant notre rapport face aux espèces invasives et au délicat équilibre des écosystèmes. On tentera ici de retenir la plante dans une sorte d’étau où le visiteur sera invité à pénétrer. La plante saura s’évader au fil de l’avancement de l’été. Perte de contrôle? Quand le beau devient danger… L’expérience du jardin se renouvellera en invitant les visiteurs à s’y engager physiquement afin de s’en approcher. Il ne s’agit plus simplement de contempler mais d’interagir physiquement avec lui en partageant un environnement commun&nbsp;: le milieu aquatique. «&nbsp;Enfilez des bottes et venez vous mouiller en vous faufilant dans l’exiguïté de l’interstice pour découvrir un espace tout autre.&nbsp;» <br><br>Groupe A / Annexe U est une firme d’architectes de Québec qui a développé une expertise unique en aménagement du territoire, en urbanisme et en design urbain. Pour les membres de cette équipe multidisciplinaire, la participation et l’interaction du client, et de tout autre intervenant concerné par la démarche, sont au cœur de la réflexion. La sensibilité avec laquelle ils abordent chaque projet et leur créativité ont jusqu’ici assuré le succès de la firme, qui a été lauréate et finaliste dans de nombreux concours.  - Crédit photo : Groupe A / Annexe U
SE MOUILLER (la belle échappée) de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, architecte, Rémi Morency, architecte et urbaniste, Erick Rivard, architecte & Maxime Rousseau, architecte],Québec (Québec) Canada.

L’installation met de l’avant notre rapport face aux espèces invasives et au délicat équilibre des écosystèmes. On tentera ici de retenir la plante dans une sorte d’étau où le visiteur sera invité à pénétrer. La plante saura s’évader au fil de l’avancement de l’été. Perte de contrôle? Quand le beau devient danger… L’expérience du jardin se renouvellera en invitant les visiteurs à s’y engager physiquement afin de s’en approcher. Il ne s’agit plus simplement de contempler mais d’interagir physiquement avec lui en partageant un environnement commun : le milieu aquatique. « Enfilez des bottes et venez vous mouiller en vous faufilant dans l’exiguïté de l’interstice pour découvrir un espace tout autre. »

Groupe A / Annexe U est une firme d’architectes de Québec qui a développé une expertise unique en aménagement du territoire, en urbanisme et en design urbain. Pour les membres de cette équipe multidisciplinaire, la participation et l’interaction du client, et de tout autre intervenant concerné par la démarche, sont au cœur de la réflexion. La sensibilité avec laquelle ils abordent chaque projet et leur créativité ont jusqu’ici assuré le succès de la firme, qui a été lauréate et finaliste dans de nombreux concours.
Crédit photo : Groupe A / Annexe U
Télécharger
Image haute résolution
14.22 x 11.44
300dpi
Dossier de presse | 837-11 - Communiqué de presse | Le Festival international de jardins dévoile les nouveaux concepteurs de sa 16e édition - Festival international de jardins / Jardins de Métis - Architecture de paysage -  SE MOUILLER (la belle échappée) de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, architecte, Rémi Morency, architecte et urbaniste, Erick Rivard, architecte &amp; Maxime Rousseau, architecte],Québec (Québec) Canada.<br><br>L’installation met de l’avant notre rapport face aux espèces invasives et au délicat équilibre des écosystèmes. On tentera ici de retenir la plante dans une sorte d’étau où le visiteur sera invité à pénétrer. La plante saura s’évader au fil de l’avancement de l’été. Perte de contrôle? Quand le beau devient danger… L’expérience du jardin se renouvellera en invitant les visiteurs à s’y engager physiquement afin de s’en approcher. Il ne s’agit plus simplement de contempler mais d’interagir physiquement avec lui en partageant un environnement commun&nbsp;: le milieu aquatique. «&nbsp;Enfilez des bottes et venez vous mouiller en vous faufilant dans l’exiguïté de l’interstice pour découvrir un espace tout autre.&nbsp;» <br><br>Groupe A / Annexe U est une firme d’architectes de Québec qui a développé une expertise unique en aménagement du territoire, en urbanisme et en design urbain. Pour les membres de cette équipe multidisciplinaire, la participation et l’interaction du client, et de tout autre intervenant concerné par la démarche, sont au cœur de la réflexion. La sensibilité avec laquelle ils abordent chaque projet et leur créativité ont jusqu’ici assuré le succès de la firme, qui a été lauréate et finaliste dans de nombreux concours.   - Crédit photo :  Groupe A / Annexe U
SE MOUILLER (la belle échappée) de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, architecte, Rémi Morency, architecte et urbaniste, Erick Rivard, architecte & Maxime Rousseau, architecte],Québec (Québec) Canada.

L’installation met de l’avant notre rapport face aux espèces invasives et au délicat équilibre des écosystèmes. On tentera ici de retenir la plante dans une sorte d’étau où le visiteur sera invité à pénétrer. La plante saura s’évader au fil de l’avancement de l’été. Perte de contrôle? Quand le beau devient danger… L’expérience du jardin se renouvellera en invitant les visiteurs à s’y engager physiquement afin de s’en approcher. Il ne s’agit plus simplement de contempler mais d’interagir physiquement avec lui en partageant un environnement commun : le milieu aquatique. « Enfilez des bottes et venez vous mouiller en vous faufilant dans l’exiguïté de l’interstice pour découvrir un espace tout autre. »

Groupe A / Annexe U est une firme d’architectes de Québec qui a développé une expertise unique en aménagement du territoire, en urbanisme et en design urbain. Pour les membres de cette équipe multidisciplinaire, la participation et l’interaction du client, et de tout autre intervenant concerné par la démarche, sont au cœur de la réflexion. La sensibilité avec laquelle ils abordent chaque projet et leur créativité ont jusqu’ici assuré le succès de la firme, qui a été lauréate et finaliste dans de nombreux concours.
Crédit photo : Groupe A / Annexe U
Télécharger
Image haute résolution
14.22 x 9.85
300dpi
Vous pourriez également aimer...