EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 602-13
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Belvédère du Chemin-Qui-Marche - Groupe IBI-CHBA (Lemay)

Belvédère du Chemin-Qui-Marche

Montréal, Canada

Groupe IBI-CHBA (Lemay)

Montréal, Canada, 19-12-2013 -

Le projet du belvédère du Chemin-Qui-Marche se trouve à la jonction de l’arrondissement historique du Vieux-Montréal et du Vieux-Port de Montréal. Son nom vient d’une expression amérindienne faisant référence au fleuve Saint-Laurent.


Ce lieu stratégique, riche d'une histoire de plusieurs centaines d'années et d'un patrimoine industriel toujours présent, fait revivre le site industriel abandonné. Il contribue à la renaissance du Faubourg Québec, premier quartier développé à l'extérieur des murs de fortification dès le 18e siècle. Dans ce contexte de réurbanisation, le parc proposé initie le caractère et l’atmosphère essentiels à la convivialité du Faubourg.

L'évolution du site
Le concept d'aménagement du parc exprime les traces du passé et des moments importants de son histoire. L'esplanade met ainsi en valeur le génie du lieu qui s’inscrit dans la trame urbaine contemporaine du quartier. Le site devient un témoin de trois éléments marquants du paysage commémorant son histoire : le fleuve et ses quais; les voies des chemins de fer aujourd’hui disparues ainsi que la ville historique en développement. 

1. Le fleuve et les quais
Durant la période d’effervescence industrielle du Vieux-Montréal, les anciens quais de bois traçaient une ligne importante entre le fleuve et la ville fortifiée, partageant ainsi le domaine des bateaux de marchandises de celui de la cité. Le parc linéaire du belvédère du Chemin-Qui-Marche est orné d’un platelage de bois tout au long de la promenade, en mémoire de cette ancienne plateforme industrielle.

2. Les traces ferroviaires
Anciennement, de nombreuses voies de chemin de fer sillonnaient le site pour desservir le port, les entrepôts et l'ancienne gare Viger. Localisé sur un tunnel ferroviaire toujours en activité, le parc évoque l'importance de cet ouvrage. Des axes obliques entrent et traversent le site. Les végétaux accentuent la présence de ces lignes et le style du mobilier urbain s'inspire du langage ferroviaire environnant.

3. L’histoire de la ville
Le site s'inscrit dans la prolongation de l'actuel réseau récréotouristique du Vieux-Montréal. Avec la mise en valeur de Faubourg Québec, le projet du belvédère du Chemin-Qui-Marche s'ancre dans l’histoire de la ville. Trois rues importantes relient le parc au Vieux-Montréal. Cette connexion forme des seuils invitant les promeneurs à prendre conscience, du passé, du présent et du futur des lieux. 

Le belvédère
Le nouvel aménagement crée une terrasse unique, suspendue entre la ville et le fleuve. Le parc devient une plateforme de contemplation offrant des vues panoramiques sur 180 degrés vers de nombreux icônes architecturaux, industriels et paysagers. Les points de vue offerts composent une mise en scène ranimant les témoins emblématiques de ce tableau insulaire montréalais. 

La découverte
L’espace étroit et long offre une promenade qui déroule progressivement l’histoire du lieu. Les matériaux et le mobilier s’inspirent du langage industriel et portuaire de l’ancien port. Le bois au sol, les bancs, les fûts d'éclairages, les végétaux, les garde-corps et les poubelles participent à la narration du projet. 

Le récit
Des bancs en bois, uniques au projet, favorisent le répit des promeneurs et la contemplation des lieux. La paroi inclinée des bancs invite les visiteurs à s’adosser pour mieux profiter des vues. Une phrase est gravée dans la chair du bois d’ipé du banc racontant des moments importants de l’épopée historique montréalaise, de 1535 à aujourd’hui. Chaque banc est minutieusement installé de façon à diriger les regards sur des repères et des panoramas, soulignant les liens entre l’histoire gravée et le paysage. 

Le Chemin-Qui-Marche
Le jour comme la nuit, les luminaires participent à la découverte du lieu. Une image apparaît sur les fûts d'éclairage sélectionnés grâce à la perforation de l'acier. Des milliers de trous, en forme de croix ferroviaires, illustrent le profil du fleuve Saint-Laurent de Montréal jusqu'à l'océan Atlantique. La nuit, la lumière se libère par ces ouvertures, composant une image poétique au cœur du parc. L'ensemble du mobilier ajoute une signature originale au parc partageant le récit fabuleux du paysage montréalais à travers le temps.

Une friche réanimée
Les végétaux se succèdent en bandes linéaires dans l'espace et accentuent la trame ferroviaire. Différentes variétés de plantes indigènes et adaptées au lieu évoquent le caractère spontané de la friche végétale qui s’était formée durant les années de latence du site. Arbustes, graminées et vivaces côtoient les fraisiers sauvages et renforcent la réappropriation végétale et urbaine du belvédère. Les arbres, aussi indigènes, ajoutent un cadre vertical découpant les points de vues à partir du belvédère. 

Un design régénératif
Comme 75% de l’ensemble du projet se situe sur la structure d'un tunnel en béton, le belvédère constitue en quelque sorte une toiture végétalisée. Le nouveau parc linéaire bonifie l’offre en espace vert du quartier et crée un îlot de fraicheur. En plus des plantes indigènes qui optimisent le xéropaysagisme, d’autres interventions reliées aux bonnes pratiques environnementales sont intégrées au projet : le choix de matériaux pâles composés de matières recyclées, réutilisées ou durable; l’approvisionnement local des matériaux et équipements sélectionnés; et la terrasse composée de produits de bois respectant les exigences d’une gestion durable des forêts.

Un milieu appropriable
D’une longueur de 166 mètres, ce parc linéaire accueille les résidants du quartier qui bénéficient d’un nouvel espace ludique, sécuritaire et convivial en plein centre-ville. Les coureurs urbains le traversent et s’y croisent, les cyclistes s’y arrêtent pour profiter d’un moment de repos et les touristes s’y rendent pour découvrir le panorama sur la ville et les souvenirs de son histoire. Le belvédère du Chemin-Qui-Marche présente les ingrédients nécessaires pour soutenir l’appropriation de la berge et devenir un lieu phare du quartier et de la ville.

Une destination recherchée
Le belvédère du Chemin-Qui-Marche est un lieu vivant grâce à son design évocateur. Ses éléments de composition suggèrent à la fois la promenade, le repos et la découverte. L’aménagement épuré et minimaliste laisse place à l'appropriation et à la création d'un lieu de rencontre unique. L’esprit du lieu est riche et intemporel. Le belvédère devient, à une échelle plus modeste, une destination incontournable de déambulation, comme la Promenade Samuel-de-Champlain à Québec, le Wave Deck à Toronto ou le High Line à New York.

INFORMATION

Coût des travaux : $ 1 925 000
Superficie : 3060 m²
Inauguration : septembre 2012
Consultant principal : Groupe IBI-CHBA, Architecture de paysage
Consultants externes - ingénierie : Services EXP et AECOM
Client : Ville de Montréal, Arrondissement Ville-Marie
Chargé de projet client : Andres Botero
Équipe de conception du Groupe IBI-CHBA :
Isabelle Giasson, Gestionnaire de projet
Bruno Duchesne, Chargé de projet
Patricia Lussier, Chargée de conception
Jean-Philippe André, Conception, exécution et suivi des travaux
Kevork Garabedian, Chargé de discipline en architecture

Crédit photos : Alexis Nollet, Alexandre Guilbeault, Isabelle Giasson 

- 30 -


Contact média