EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 904-01
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - Dar Hi - Matali Crasset

Dar Hi

Nefta, Tunisie

Matali Crasset

”Dar HI n’est pas un hôtel, ni un spa classique mais un lieu complètement autre qui permet de vivre une expérience du retrait sur soi, où chacun va pouvoir bénéficier d’une thalasso de l’esprit à quelques heures de Paris et en plein désert”.
Patrick Elouarghi.


Paris, France, 09-02-2012 - Après l’expérience de l’Hotel HI à Nice, celle de Dar HI à Nefta : la collaboration entre matali crasset, Patrick Elouarghi et Philippe Chapelet donne naissance à un nouveau concept d’éco-retraite. matali crasset fait littéralement sortir du sable une petite citadelle dédiée au bien-être. A l’ombre d’un mur d’enceinte, elle a conçu un ensemble de maisons sur pilotis qui se dresse à la manière d’un village du bout du monde. L’ensemble architectural constitue une proposition forte en harmonie avec le site naturel et la vie locale. Dar HI, aux couleurs ocre et sable, est un concept complet de soins corps et esprit qui se développe autour d’espaces privés et collectifs, d’une piscine, d’un restaurant et d’un spa.

C’est en arrivant à pied que le séjour à Dar HI commence. La voiture a été laissée loin à l’écart. Une porte discrète laisse imaginer que l’on pénètre dans une habitation. L’entrée, un couloir, une rampe, est comme un sas qui permet de laisser ses ”codes” à l’extérieur. On défait ses chaussures pour chausser des babouches. On est chez soi. Un peu à la manière des foundouks traditionnels, Dar HI est une maison dans laquelle les haltes se prolongent, aux antipodes du tourisme de passage. Ici, c’est une immersion dans la durée qui est proposée. L’organisation des lieux favorise la possibilité de se retrouver ensemble et de se retirer au calme pour se ressourcer. Les visiteurs peuvent moduler à leur guise leur envie de repos ou de partager des moments de convivialité et de vie commune.

3 typologies de lieux

”J’ai conçu une architecture intravertie à l’extérieur et extravertie à l’intérieur, c’est-à-dire en explosant les codes”, explique Matali.

Elle propose trois types d’espaces – les pilotis, les troglodytes et les dunes – pour trois possibilités d’être dans Dar HI. Chaque type propose un niveau d’interaction avec le lieu, la vie de l’hôtel (terrasse intérieure, piscine, hammam…) et ses hôtes. L’ensemble permet de moduler librement son séjour.

Les pilotis : pour un séjour en haut/en bas
Les espaces en pilotis offrent des panoramas exceptionnels et pour chacun différent. Les uns s’élèvent pour profiter de l’horizon irisé du lac salé, les autres donnent sur la corbeille et son paysage varié. En partie haute, la vie s’organise autour du bow-window, comme si la vue elle-même était intégrée. Une petite table pour grignoter ou travailler, un vaste lit qui vient masquer la partie douche et les toilettes composent l’espace. En bas, c’est comme une petite place de village qui se forme à l’extérieur. Chacun a son espace protégé du soleil et pour lequel on organise son envie d’intimité par un jeu de treilles. Mais on peut aussi facilement se sentir tous ensemble. La place, le bar, le point d’eau et les petites fontaines permettent une vie commune simple et calme.

Les troglodytes : pour une expérience minérale
Les trois espaces troglodytes parés de briquettes de Nefta et éclairés par une lumière zénithale sont à la fois indépendants avec chacun une terrasse privative et reliés entre eux par un espace commun circulaire. La vie collective s’organise, autour d’une petite place encadrée d’une cascade d’eau et d’un four à pain. Ces chambres peuvent être louées ensemble, pour un séjour en famille ou entre amis. Leur fraîcheur rappelle la douceur des maisons troglodytes typiques de la région de Matmata. L’impression d’espace permet de faire l’expérience d’un confort épuré.

Les dunes : pour une sensation de paysage intérieur
Les trois espaces dunes sont au niveau du sable. Ils se présentent comme des pièces ouvertes qu’un vent de sable aurait dessinées. Comme si le sable était venu configurer les lieux. A la manière d’un bivouac, les espaces intérieurs proposent un confort informel et modulable. Habiter la dune, habiter le sol, faire son nid en oubliant les critères classiques du confort, c’est ressentir au mieux la proximité du désert. Chaque espace dune est particulier : l’un est doté d’une loggia et d’un puits de lumière avec jardin intérieur, l’autre, très vaste, dispose d’une terrasse extérieure et d’une baie vitrée avec vue sur la corbeille de Nefta, la troisième est aussi très spacieuse et très fraîche. Elle offre une vue sur la palmeraie avec une chambre indépendante et une terrasse-alcôve en bois.

En harmonie avec la vie locale

Sur un terrain exposé plein sud et ouest qui domine la corbeille de Nefta, Dar HI bénéficie du meilleur point de vue de la ville. Le panorama est exceptionnel : au plus près, la ville historique et animée, plus loin, l’oasis et ses palmiers à perte de vue, et au-delà les irisations de sel du Chott el-djerid qui offrent de magnifiques et mystérieux couchers de soleil. Tout en offrant un univers protecteur, Dar HI s’insère naturellement dans le paysage de Nefta, dans les rythmes de la vie locale et de la nature.

Patrick et Philippe, avec matali, ont d’abord eu l’intention de concevoir une maison nichée dans la ville pour être au coeur de son énergie et de son esprit. Ils n’ont donc pas joué la carte de l’isolement par rapport à la vie locale. Au contraire ils ont voulu inscrire leur projet dans le contemporain de la ville et de son développement. C’est là que le projet entre véritablement dans une démarche de développement local et durable.

Dès les premières ébauches de Dar HI et loin de vouloir à tout prix ”faire local”, matali a choisi de faire dialoguer une démarche contemporaine avec des codes, des matériaux et des rituels de Nefta. La designer a travaillé avec les artisans de la ville en étant à l’écoute de leur technique et de leurs contraintes. Elle a ainsi observé les techniques de construction locale comme les structures poutres et les briques qui se retrouvent dans les modules en pilotis de Dar HI. Pour les parements des murs elle a adopté les briquettes en argile fabriquées traditionnellement à Nefta.

Le palmier est aussi re-travaillé, ré-interprété dans les éléments d’architecture et de design du lieu. De même, la gouttière et la forme de la niche, très utilisées localement, sont reprises comme référence architecturale. Et tandis que la lanterne et la paillasse sont des codes que matali a mis en exergue, quelques traces de la vie ordinaire sont symbolisés, à l’exemple du tapis qui sèche au vent et qui est devenu l’emblème de Dar HI.

Une éco-loge dans le sud du désert tunisien

L’écologie et le développement durable sont aux fondements de Dar HI. La palmeraie,
véritable joyau local, est un milieu fragile qui a besoin d’être préservé et réhabilité, ce qui est déjà en partie en cours grâce à un projet de développement financé par la Fondation Albert de Monaco. L’équipe de Dar HI s’engage dans cette démarche de préservation et de développement de l’oasis. C’est ce qui est élaboré dans le projet du PalmLab, un des espaces de Dar HI, qui propose de faire du palmier un matériau de recherche et d’expérimentation.

La palmeraie est particulièrement investie non seulement par un abri, lieu de convivialité pour se mettre au frais, par une cabane à vivre qui offre un confort minimal, mais aussi par un potager bio pour lequel un travail de réflexion sur les espèces à cultiver est mené. La palmeraie et le potager permettront aussi d’alimenter Dar HI en produits naturels et locaux.

En plein désert, la question de l’eau est par ailleurs décisive. A Nefta, l’eau qui arrive
d’une source chaude est ainsi mise en circuit dans l’ensemble de Dar HI pour le hammam et pour la piscine. Cette eau qui vient signifier sa présence jusque dans de petites rigoles circulant autour des maisons en pilotis permet également l’irrigation de l’oasis.


A propos de Philippe Chapelet et Patrick Elouarghi

Philippe Chapelet et Patrick Elouarghi travaillent ensemble depuis 20 ans. Après avoir ouvert à Paris L’Épicerie du Monde, le premier concept store de world food, ils décident de s’installer “au vert”. Ils restaurent le Château de la Tremblaye dans la vallée de la Loire, qui devient dès sa première année affilié à Châteaux et Hôtels de France. En 2001, ils se lancent un nouveau défi : inventer un hôtel qui renouvelle les codes et s’affranchisse des lieux communs et des standards des hôtels de luxe. Ils imaginent HI. HI sera urbain, novateur, audacieux. Ils choisissent la ville de Nice, carrefour d’un tourisme international et idéale pour son climat. A la recherche d’un designer, ils identifient très rapidement le travail de matali crasset. ”Si différente, décalée, elle propose un mobilier non décoratif particulièrement attaché à la fonction et à l’expérimentation”. Ils découvrent une personne “accessible”, intéressée par leur envie de proposer une alternative à l’hôtellerie haut de gamme d’aujourd’hui. matali est animée par les mêmes motivations.

A propos de matali

matali est designer industriel, formée aux Ateliers Saint Sabin - l’Ensci et par ses expériences auprès de grands designers, notamment Philippe Starck en France et Denis Santachiara en Italie. Elle décide très vite de créer son propre studio et de mettre en cohérence ses principes de vie, son travail et ses visions du futur. Elle développe alors un design global avec une méthodologie faite d’observation fine des usages techniques et sociaux, des comportements humains et des rituels d’ici et d’ailleurs qu’elle propose alors de repenser dans le contemporain. Ses axes de recherche parmi lesquels l’hospitalité, la générosité, l’appropriation, l’amènent à intervenir dans des domaines très différents : le mobilier, la scénographie, l’architecture, l’art contemporain, la réalité virtuelle,… Son travail se déploie à partir de rencontres et de partage avec des acteurs différents : entrepreneurs et industriels, particuliers en quête de nouvelles logiques de vie, municipalités tournées vers des projets de développement durable, associations locales, galéristes, etc.

Dar HI
Quartier Ezzaouia
2240 Nefta
Tunisie
tel_00 216 764 327 79
fax_00216 764 322 68
www.dar-hi.net
- 30 -


Contact média
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution
Dossier de presse | 904-01 - Communiqué de presse | Dar Hi - Matali Crasset - Architecture commerciale - Crédit photo : Jérôme SPRIET
Crédit photo : Jérôme SPRIET
Télécharger
Image basse résolution