EN | FR
  1. Architecture commerciale
  2. Architecture de paysage
  3. Architecture industrielle
  4. Architecture institutionnelle
  5. Architecture résidentielle
  6. Art
  7. Art de vivre
  8. Concours
  9. Design de mode
  10. Design d’éclairage
  11. Design d’intérieur commercial
  12. Design d’intérieur résidentiel
  13. Design graphique
  14. Design industriel
  15. Design multimédia
  16. Design urbain
  17. Édition
  18. Évènement + Exposition
  19. Immobilier
  20. Produit
  21. X
⇤ Fil de presse
v2com, le fil de presse international spécialisé en design, architecture et art de vivre qui diffuse des dossiers de presse auprès des médias
Journalistes! Bénéficiez d'un accès gratuit aux dossiers de presse afin de télécharger facilement des images en haute résolution.


Professionnels! Rejoignez un réseau d'influence, obtenez une couverture médiatique internationale et augmentez votre notoriété.


Nous sommes sociables!


Inscrivez-vous
à notre infolettre



Dossier de presse
| no: 1011-01
Le téléchargement des dossiers de presse est réservé à l'usage exclusif des médias.
Conditions
Pour diffusion immédiate

La mention des crédits photo est obligatoire.
Merci d’inclure la source v2com lorsque possible
et il est toujours apprécié de recevoir
les versions PDF de vos articles.

Matériel de presse


Images haute résolution en téléchargement individuel.
Télécharger les images en basse résolution


Flag black
Dossier de presse - Communiqué de presse - « LE GRAND STADE » - Joly Loiret

« LE GRAND STADE »

Fontainebleau, France

Joly Loiret

Requalification du stade équestre du Grand Parquet à Fontainebleau


Paris, France, 18-06-2012 - Cheval, démonstration, prestige, carrière, piste, parcours, boucle, obstacles faits de buttes, tertres, talus et monticules, gradines. Nature, forêt, pins et bouleaux, sentiers, promenades dans la lande de bruyères, plaines, lisières, clairières, graminées et fleurs de saison, merlons, bosquets. Autant de vocabulaire équestre et paysagé propre au sujet et au contexte singulier de son implantation dans la forêt de Fontainebleau. Comment, dans ce cadre, ne pas inventer une véritable architecture-paysage dont les lignes de partage se fondent et s’embrassent pour ne faire plus qu’un, gage d’une intervention réussie ?

Il ne s’agit pas alors d’imposer un geste, mais plutôt de tirer parti des qualités du site, de les révéler et de les mettre en scène dans une attitude douce, souple et opportuniste. Ici, l’intervention s’apparente davantage à un horizon naturel qu’à un bâtiment au sens classique du terme. Elle dissipe et efface les limites d’une enveloppe définie au profit d’une continuité fonctionnelle, conceptuelle et formelle avec l’environnement.

Premier acte de ce rapport au paysage, une grande boucle piétonne permet de desservir l’ensemble du site. Cette boucle est une promenade publique ponctuée d’évènements en relation avec les activités équestres et la forêt. Depuis la plaine de l’entrée, elle traverse la zone des exposants, court le long de la zone de détente des chevaux, surplombe le passage des cavaliers, pénètre sous les pins, longe l’attente puis le guet, rejoint les gradines, grimpe doucement sur le toit du bâtiment pour offrir aux promeneurs des vues plongeantes et panoramiques sur les parquets de compétition et redescend par un grand escalier / gradin se connectant avec l’entrée principale.
Le long de cette promenade sur le toit, des escaliers permettent de desservir l’ensemble des tribunes et de relier les circulations au sol.

Circonscrite en son sein, une clairière sportive regroupe l’ensemble des carrières et des paddocks.
Cette clairière – la zone de compétition – appartient à une logique plus globale de ré-identification claire des zones programmatiques. Elle est délimitée au nord par la lisière reconstituée de la forêt formant un fond de scène spectaculaire et au sud, d’est en ouest, par la zone des boxes mobiles et des boxes fixes réaménagée parallèlement au mur d’enceinte, la zone exposants étirée autour de l’entrée et le parking des permanents et officiels.

Grand merlon de bois et de fleurs grimpantes, le « bâtiment-paysage » est généré à partir d’un « morphing » – ou modelage – du talutage et s’inscrit ainsi dans les formes préexistantes du domaine.
La fusion bâtiment avec gradins, gradins avec gradines, gradines avec talus, talus avec chemins, chemins avec lisière, lisière avec forêt inscrit le bâtiment dans son territoire naturel. Sa façade-versant au nord est montée de gradins de bois en robinier dessinés dans le prolongement des gradines. Ces lignes horizontales continues se poursuivent en arc de cercle à l’est et étreignent le Grand Parquet dans un désir de faire corps avec lui.

Au sud, sur l’entrée, dans le prolongement du talus enherbé, un « mur-talus » de plantes grimpantes constitue un filtre solaire et visuel.
Le cheminement parcourant le « toit-promenade-ligne de crête »
de crête permet d’ancrer le bâtiment dans l’organisation générale du site. Celui-ci devient support du cheminement public. Il apparaît bas pour minimiser l’impact visuel et pour limiter son emprise et son volume global.
Sa forme et ses matières naturelles participent à ce désir d’intégration.

LE BATIMENT PRINCIPAL ET SON ENVELOPPE
La coupe transversale intérieure est dessinée par la pente de la « façade-talus sud », le « toit-promenade-ligne de crête », et la « façade versant nord » découpée par des gradins d’une profondeur de 90cm sur une hauteur de 45cm.

Au sud, sur une trame de structure de 2m, une première façade peau assurant l’isolation et l’étanchéité est composée de panneaux de façades standardisés sur huisseries bois permettant un remplissage de bois ou de verre et donc d’organiser des ouvertures en correspondance avec les éléments du programme. La seconde peau est une structure secondaire légère permettant à des grimpants de se développer et assurant une protection solaire en été ainsi que des vues dégagées en hiver.

Au nord et sur le toit, les tribunes et le platelage de la promenade en bois de Robinier forment une façade / toiture ventilée posée sur plots au-dessus d’une étanchéité. La trame de 45 verticale des assises dessine le bardage sur toutes les autres faces du projet ; les nez de gradins au nord sont ainsi prolongés par des lames étroites tous les 45 cm dans les passages transversaux et la coursive sud. Si la façade végétale inclinée côté sud permet d’assurer la continuité des buttes engazonnées avec le bâtiment, au nord la continuité avec le paysage est assurée par un vocabulaire de bois (les tribunes et gradines) qui suit progressivement la topographie.

LE BATIMENT PRINCIPAL ET SES INTERIEURS
A l’intérieur, les espaces de restauration et de travail profitent pour la plupart d’une double exposition. Au nord, des fenêtres disposées en correspondance avec les éléments du programme (commissariat général et affaires équestres) sont conçues permettent de cadrer des vues sur le grand parquet et/ou d’assurer des apports supplémentaires de lumière naturelle. La façade vitrée du restaurant dégage quant à elle un panorama sur le grand parquet et permet en été une connexion directe sur la terrasse. L’ouverture en saillie de la zone du jury assure une relation visuelle privilégiée sur le terrain d’honneur.

Le bois est largement présent dans tous les aménagements. La structure bois visible d’épicéa blanchi forme plafond et l’ensemble du cloisonnement, des faux plafonds ponctuels et du mobilier intégré est réalisé en pin blanchi également.

ASPECT FONCTIONNEL
Le projet intègre un réaménagement total du site (25 hectares), la construction d’un bâtiment principal et de plusieurs équipements annexes.

De manière générale, les terrains ont été légèrement remaniés et toutes la zone de boxes et de parking entièrement refaite. L’ensemble des flux piétons, véhicules et cavaliers et repensée de manière à éviter le plus possible les croisements (création de passerelles au-dessus de cheminements chevaux, doublage des circulations, etc).

Le bâtiment principal
Le parti fonctionnel du bâtiment est celui d’une forte lisibilité des trois entités programmatiques décrit par la maîtrise d’ouvrage :
1-Une entité publique composée par le restaurant, la cuisine et les sanitaires publics;
2-Une entité correspondant au commissariat général (salles de réunions, commissariat et jury /presse);
3-Une entité pour le centre des affaires équestres (bureaux permanents,…) plus ateliers.

Le projet est divisé en trois blocs distincts, autonomes et accessibles directement depuis l’extérieur. Deux grands passages sont aménagés depuis la zone d’entrée vers les tribunes entre ces différents blocs programmatique. Cette autonomie de chacune des entités permet une fonctionnalité à géométrie variable en adéquation avec le fonctionnement du site. Ces entités sont regroupées dans une enveloppe commune et reliées par une coursive côté façade sud qui donne au bâtiment un aspect cohérent et compact. Le programme est disposé sur un seul niveau pour des raisons de simplicités fonctionnelles, d’accessibilité et de lisibilité de l’organisation des zones.

Le restaurant est positionné à l’ouest du bâtiment et profite d’une position stratégique située à l’articulation entre l’entrée principale du public sur le site du village exposant et la boucle de circulation piétonne desservant l’ensemble du site.

Le commissariat général est positionné au centre du bâtiment profitant d’un point d’observation sur le grand parquet et d’une accessibilité directe depuis la zone de parking des officiels, exposants et permanents.
Le centre des affaires équestres est quant à lui implanté à l’ouest et dispose lui aussi d’une accessibilité directe depuis la zone de parking des permanents. Il intègre une plateforme de livraison pour les ateliers à l’est qui se connecte avec le circuit technique desservant le local de stockage situé au nord du grand parquet.

Les gradines
Les gradines Est sont construites dans la continuité des tribunes. Elles sont en bois (robinier) sur structure acier. Hauteur 0.45m et profondeur 0.90m. La surface calculée pour le projet est de l'ordre de 1000m²

Les passerelles
Deux passerelles et acier et bois (bardage identique à celui du bâtiment) sont construites le long de la promenade piétonne. Elles sont suffisamment hautes (3.40m sous face) pour ne pas gêner les chevaux et suffisamment larges pour permettre aux visiteurs de regarder les passages. Une des deux passerelles est accessible aux engins de – de 3.5T dans le cadre des aménagements et de l’entretien du site.

Les boxes et les parkings
L'implantation des boxes en dur (bois) se fait le long du mur principal dans la continuité des boxes existants.
Des grandes surfaces sont prévues pour l’implantation de boxes démontables. Ces surfaces en dur sont entrecoupées de grandes zones boisées permettant de réduire l’effet de masse. Elles serviront par ailleurs à créer des lieux de détente pour les membres des équipes sportives autour des parkings une fois les arbres devenus adultes. 130 places de poids lourds sont par ailleurs réparties proches des zones de boxes.

Les sanitaires enterrés
Un bloc sanitaire enterré est prévu sous une des piles de la passerelle au nord de la zone des boxes démontables. C'est un ouvrage maçonné directement accessible depuis la zone des boxes. Il est ouvert aux cavaliers et au public. Cet ouvrage intégré au paysage évite l’effet de mitage du site.

Les sanitaires et douches accueil (entrée cavaliers)
Un bloc sanitaire-douches pour les équipes des cavaliers est prévu à gauche de l'entrée des cavaliers. C'est une construction bois similaire à celle des boxes fixes. Alignée le long du mur classé, cette construction fait le symétrique des boxes fixes par rapport à l'entrée marquant ainsi l'accès au site
A côté de ce bloc sont placés le pailler (existant déplacé) et une zone de bennes.

Les guérîtes d’accueil
Les guérîtes d’accueil en bois sont placées au droit des entrées cavaliers et piéton.

Abri de stockage
L'abri de stockage est resitué sur l’ancien emplacement de la zone de stockage à l'air libre. Sa surface est de l'ordre de 600m² (dont 450 couverts). Afin de minimiser l'impact visuel de cet abri, les merlons périphériques de la zone ont été légèrement surhaussés et la toiture est végétalisée. De loin la surface de la toiture disparait dans le paysage.

Fiche Technique :

CONTEXTE : FORET DE FONTAINEBLEAU
CONDITION : CONCOURS PUBLIC
MAITRISE D’OUVRAGE : COMMUNAUTE DE COMMUNES FONTAINEBLEAU-AVON
SURFACE : 2 000 M² SHON + 25 H PAYSAGE
BUDGET : 9.3 ME HT (TRIBUNES ET PAYSAGE INCLUS)
CALENDRIER : LAUREAT JUIN 2007 LIVRAISON 2012 (PHASES)
MISSION : ARCHI. MANDATAIRE ET HQE
MAITRISE D’OEUVRE : JOLY&LOIRET (ARCHITECTE MANDATAIRE + HQE), EVP (LOT STRUCTURE), ALTO (LOTS TECHNIQUES + HQE), FORGUE (ECONOMISTE DE LA CONSTRUCTION), MAP (PAYSAGISTE), URBATEC (VRD)

ENTREPRISES :
LOTS EXTERIEURS : TP GOULARD (VRD), INEO (EAU POTABLE/ARROSAGE), FORCLUM (ELECTRICITE EXT.), ISS (PLANTATION), SEB (OUVRAGES BOIS EXTERIEURS)

LOTS BATIMENTS : BOYER (DEMOLITIONS/TERRASSEMENTS/GROS-OEUVRES), BELLIARD FRERES, (CHARPENTE BOIS/ETANCHEITE), R2C (CHARPENTE COUVERTURE METAL/ SERRURERIE), STE BONNARDEL (BARDAGE/PLATELAGE BOIS/MENUISERIES INTERIEURES/MENUISERIES EXTERIEURES BOIS), SUD METALLERIE SAS (MENUISERIES EXTERIEURES METAL), SERTAC SARL (CLOISONS DOUBLAGES/FAUX-PLAFONDS), TECHOPOSE & BEDEL (CARRELAGES/FAIENCES), LEROY SEB DECO (PEINTURES), THYSSEN KRUP (APPAREILS ELEVATEURS), CLIMAIRTEC (PLOMBERIE SANITAIRES), LEROUX GONSSARD (CHAUFFAGE/VENTILATION), AIMEDIEU (ELECTRICITE CF CFA INT.), BOXES (NANCY CHEVAL)

PRÉSENTATION DE L’AGENCE

Paul-Emmanuel Loiret & Serge Joly, D’abord des parcours
Paul-Emmanuel Loiret et Serge Joly se sont rencontrés en 1993 à l’Ecole Supérieure d’Architecture de Paris la Seine. Ils soutiennent respectivement leur diplôme d’architecture (D.P.L.G.) en 2001 et 2000 et exercent jusqu’en 2006-2007 dans des agences et institutions françaises et étrangères de renommée internationale. A eux deux, ils ont participé à l’élaboration de multiples projets notamment aux Ateliers Jean Nouvel, chez Renzo Piano, Jacques Ferrier et au sein des Services Economiques des Ambassades de France dans divers pays d’Afrique.

Ces années de formation sont jalonnées par de nombreux voyages autour du monde. L’un partira pour de longs séjours au Canada, en Afrique, en Amérique du Sud et Centrale, l’autre sillonnera l’Asie, chacun ayant traversé l’Europe.

En 2003, déjà entrés dans la vie professionnelle, ils décident de travailler ensemble sous le nom d’architecture-system. Entre 2003-2006, en parallèle de leur activité en agence, les deux associés planchent sur un certain nombre de concours d’idées internationaux et de petits projets individuels. Cette période sera consacrée par l’obtention des Nouveaux Albums de la Jeune Architecture 2005-2006 (NAJA), nomination du Ministère de la Culture récompensant une vingtaine d’agences d’architectes européens de moins de 35 ans pour la qualité de leur travail et leur potentiel d’avenir. Suite à cette nomination, ils fondent la SARL JOLY&LOIRET, Agence d’architecture.
Depuis lors, l’agence compte entre 6 et 10 personnes. La production s’est diversifiée pour la maîtrise d’ouvrage publique et privée dans le domaine des équipements publics (sportif, culturel, scolaire notamment), de la scénographie, du logement et des bureaux.

En 2010, l’agence est sélectionnée pour le PRIX DE LA PREMIERE OEUVRE 2010, Prix des Editions du Moniteur, pour le projet «Les Ganivelles» (Fédération Française de Surf et restaurant gastronomique à Hossegor) et est récompensée du PRIX AGORA encouragements, meilleur équipement public en projet, Ville de Bordeaux, pour le projet «Les 3 Mondes, groupe scolaire de la Berge du Lac»

Paul-Emmanuel Loiret et Serge Joly enseignent par ailleurs en Ecole Supérieure d’Architecture.

Une démarche créative à fort ancrage environnemental
Au fil de leurs voyages, Paul-Emmanuel Loiret et Serge Joly se sont forgés une démarche architecturale et environnementale élargie et une sensibilité accrue aux architectures simples, vernaculaires, issues des cultures et des contextes locaux. Leur objectif est aujourd’hui de mettre en œuvre une architecture qui soit environnementalement juste et culturellement représentative.

A la manière de paysagistes ou d’artistes Land-Art, les projets de l’agence, dépassant le lien essentiel à la fonction, à la culture, sont déterminés par l’esprit du lieu, son histoire, ses formes, ses matières et ses textures afin de s’inscrire dans l’espace à l’échelle du paysage. Chaque projet, conçu dans un souci d’économie de matière et d’énergie, révèle et reflète ainsi son territoire, comme s’il en était une résurgence naturelle.

Avant toute chose,
les projets de l’agence ont pour ambition d’être sensibles et vivants, efficients, dynamiques, durables, aptes à générer, pour ceux qui les vivent, des effets poétiques et émotionnels ; loin de toute idéologie formelle, l’agence entend construire une architecture dispositif, c’est-à-dire une architecture qui ne tienne pas de sa propre présence physique mais des actions et évènements sensibles qu’elle peut engendrer.
- 30 -


Contact média